Enfin arrivé à Delhi dans la nuit, l'aéroport est très moderne et propre les couloirs sont très long et le sol est couvert d'une epaisse moquette chamarrée du goût des années 70'. On passe toutes les formalités et on court chercher un distributeur de roupies, on arrive pas à comprendre comment ces machines fonctionnent alors on laisse tomber, on verra plus tard. On va vite fumer une cigarette à l'extérieur. On cherche à sentir les odeurs mais surtout ce qui nous frappe c'est une atmosphère lourde de fumée et puis il fait chaud. On rejoint notre accompagnateur, un Indien type; des lunettes, une petite moustche et bien bronzé, il s'appelle Surindra et fait partie de la caste des guerriers (autant dire pas rien !). On file à l'hôtel à une heure de l'aéroport, on est pressé de découvrir ce pays, déjà ça bouge partout dans les rues. Le lendemain vite on découvre Delhi, le Raj Ghat, la porte de l'Inde, on passe devant les bâtiments officiels, c'est vivant, ça bouge, c'est frénétique, il fait déjà très chaud.
Au Raj Ghat on rencontre des groupes d'écoliers qui veulent nous photographier. A l'India Gate on est assailli de vendeurs, de femmes et d'enfants qui mandient. Des femmes collent à Véro et veulent lui faire des dessins à l'ennée sur les mains, là aussi les indiens veulent nous photographier, ils nous regardent fixement et nous prennent discrétement avec leurs appareils photos ou leurs téléphones portables. On déjeunera dans un petit restau de delhi, simple mais déjà des saveurs différentes.

On laisse Delhi et on prend la route vers Mandawa. Ici, la conduite est normalement à gauche, si à Delhi il semble qu'il y ait quelques règles de code de la route, ailleurs c'est différent, ça claxonne sans arrêt, ça double, ça freine, ça débouche sans regarder, ça traverse partout, ça stationne n'importe ou. Il n'est pas rare de voir des véhicules rouler en contresens et les vaches en plein milieu des routes, ici on n'ecrase pas une vache elle est sacrée, alors si on arrive pas à l'éviter c'est nous qui irons dans le fossé. Quant aux routes, il y en a de plusieurs catégories; à part la largeur on comprend pas bien la différence, il est vrai que certaines ressemblent plus à des pistes. Il y a des dos d'âne matérialisés par des cailloux sur le côté. Des trous, des travaux non achevés c'est déroutant.

Sur la route on fait une halte dans un routier touristique, thé café samossa au chou et à l'oignon.

On repart, la route est longue et mauvaise. Enfin on arrive en fin de journée, à l'hôtel Sara Vilas cadre agéable et calme, on dîne sur une pelouse à l'anglaise j'apprendrais à faire quelques nan dans un four à nan. Notre chambre est très jolie est spatieuse. On est enfin en Inde...

DSC04793 DSC04738 DSC04755 DSC04771